Coach de vie et préparatrice mental

Perte de poids

 Vous souhaitez apprendre à  perdre du poids de façon définitive ?

l’Obésité et la prise de poids ne sont pas une fatalité, pour mincir durablement il est important de connaître la cause de votre prise de poids et de suivre un programme adapté à votre objectif.  Frederique Anding coach et thérapeute agréée depuis 30 ans, vous propose d’accéder à un programme qui a déjà satisfait des centaines de personnes grâce à la consultation en ligne associée à un accompagnement individuel régulier jusqu’à l’atteinte de votre poids idéal.

Comment savoir mincir et garder son poids idéal ?

Pour perdre du poids et pour vous maintenir durablement à votre poids de forme,  il est essentiel de d’abord découvrir votre horloge biologique et de comprendre comment fonctionne  votre corps. Votre coach vous guidera dans ce processus pour mettre en place avec vous  une bonne hygiène de vie ( qui comprend la gestion de vos émotions et le fait d’avoir un sommeil récupérateur, entre autre). vous allez pouvoir ainsi manger un peu de tout tout en gardant  la notion de plaisir qui est indispensable. 

Le mental est important dans la perte de poids: Bien évidemment votre coach va s’assurer de votre motivation à perdre du poids mais est aussi présent pour maintenir votre persévérance. L’aspect coaching est fondamental, vous allez apprendre à plus être et apprécier le moment présent, petit à petit vous allez avoir plus confiance en vous et du coup mieux gérer vos émotions. Vous intégrer un cercle vertueux. Vous comprendrez à ce moment-là tout l’intérêt des consultations de groupe en ligne de la méthode FREDERIQUE, car vous serez booster à chaque séance par l’énergie et le soutien d’un groupe qui partage les mêmes objectifs.

Quelles sont les fausses bonnes idées ?

Vous pouvez maigrir durablement et efficacement sans régime, tout en mangeant tout ce que vous aimez vraiment et en vous faisant plaisir. Essayez la méthode FREDERIQUE, un réel coaching, un accompagnement,  un programme personnalisé en fonction de votre comportement alimentaire, avec des compréhensions sur votre métabolisme, le respect de votre corps et esprit, un nouveau  parcours alimentaire et parcours forme, un travail sur votre alimentation émotionnelle, des challenges..

Il est prouvé que 90% des régimes se soldent par un échec. Alors vous pouvez décider de réussir . Nous avons tous, ou avons eu des idées reçues minceur qui, finalement, ne nous font que reprendre du poids. Comme beaucoup , avant le printemps, ou à la rentrée, vous décidez de perdre vos kilos en trop. Alors avec ces bonnes résolutions, vous achetez des produits light, les gélules coupe-faim, et même arrêtez de manger certains aliments… Attention à ces fausses bonnes idées, car ces méthodes vont conduire à l’échec ou au craquage !

De sauter des repas

En fait, tout dépend pourquoi vous sautez ce repas. Si c’est parce que vous n’avez pas faim, vous avez raison de ne pas chercher à manger à ce moment-là et vous mangerez un peu plus tard. Par contre, si vous avez faim, et que vous décidez de ne pas respecter le signal de votre corps, alors, vous déclenchez des compulsions en sautant ce repas, car vous allez augmenter cette faim et le résultat est que vous aurez mangé davantage et que votre organisme va le stocker.

Manger light

Crème fraîche allégée, margarine light, édulcorants, yaourts 0%, Coca zéro… Tous ces aliments appauvris en calories sont aussi appauvris en goût. Un yaourt à 0% est deux fois moins agréable qu’un yaourt au lait entier. De ce fait, on a tendance à les manger plus ou on mange autre chose d’alléger… pour satisfaire notre plaisir.

Les gélules coupe-faim

Les gélules coupe-faim vous font oublier provisoirement la faim. Mais elle a tendance à revenir ensuite, avec plus de force. C’est ce qu’on appelle le phénomène d’échappement. Vous êtes alors obligé d’augmenter les doses, et le risque pour la santé devient alors très important (les amphétamines provoquant de graves problèmes de santé)

Les féculents font grossir

Non, ce qui fait grossir, c’est de manger globalement plus que ce dont l’organisme a besoin, en valeur calorique, sur une semaine. Les féculents sont rassasiants et diffusent sur le long terme une bonne énergie à notre organisme. Les salades composées commandées au resto sont quelquefois plus caloriques qu’un steak frites. Le tout est le bon dosage.

Manger seulement des protéines

Les protéines, comme chaque catégorie d’aliments, ont des avantages. Mais ne consommer que de la viande ou du jambon en quantité entraîne des carences et des soucis de santé. Les régimes hyper protéinés sont assez faciles à suivre pendant quelques semaines à quelques mois car ils coupent la faim. Mais ils entraînent dans 85 à 95% des cas une reprise de poids et les fameux kilos yoyo en plus car on ne peut pas toujours manger comme cela.

Se priver et s’interdire tout écart

Toute privation de certains aliments entraîne un sur-contrôle, et entraîne toujours craquages, grignotages, compulsions, mal-être et culpabilité. Il est essentiel de manger un peu de tout , et de ne pas couper avec le plaisir. Accordez-vous bien sûr, et, sans scrupule le plaisir d’un bon repas lors d’une fête, d’une sortie au restaurant.

De faire du sport

Trop souvent, nous croyons que le simple fait de se dépenser physiquement va suffire à nous faire perdre du poids. Le sport nous aide à tonifier notre corps. En se pesant au retour d’un exercice intense quelquefois même sur couvert (pour transpirer plus),le sportif constate fièrement qu’il pèse 2 kg de moins Et bien c’est un leurre car 99% de la masse perdue n’est en réalité que constituée d’eau, et cette eau sera assimilée de nouveau par l’hydratation, indispensable au bon fonctionnement de l’organisme, dans les heures suivant l’exercice physique. Lorsqu’on pratique régulièrement une activité physique, on accentue ses dépenses énergétiques. Mais pour ne pas grossir, il ne s’agit pas seulement de brûler beaucoup de calories, il convient avant tout de manger moins que ce que l’on brûle.

 

 

Donc de réduire son bol alimentaire avant toute chose. On limitera les sucres rapides pour consommer de préférence des sucres lents (et pas trop tard dans la journée) , l’importance de manger des protéines (végétales ET animales) et bien entendu, très important, de manger des légumes, pour les fibres. Mais attention, car souvent le sport ouvre l’appétit, alors pour ne pas grossir, contrôlez votre alimentation ! Si vous y parvenez, les effets apparaîtront vite spectaculaires. N’oubliez pas aussi , que lorsque vous arrêterez l’activité physique, vous brûlerez moins de calories et donc vous grossirez si vous ne réduisez pas vos portions.

Quels sont les phénomènes qui interfèrent dans la gestion de votre poids ?

Le stress et les émotions négatives

Le cortisol est l’ hormone qui est secrétée et libérée dans votre corps en réponse à un stress, c’est – à dire à un stimulus physique (douleur, mouvement, accélération du cœur, troubles du transit…) ou psychologique (malaise, angoisse, tristesse, colère…) . La sécrétion prolongée de cortisol est de ce fait, responsable de différents troubles métaboliques entraînant une prise de poids ou une stagnation dans l’objectif d’atteindre votre poids de forme, et ce ,pour diverses raisons :

  • Le cortisol agit directement comme un signal indiquant aux cellules graisseuses de stocker et à ne pas éliminer.
  • Le cortisol pousse indirectement le stockage des graisses en agissant sur la production d’insuline en développant une résistance à l’action de cette hormone, l’insuline, dont la production est alors stimulée pour compenser son manque d’efficacité. L’insuline est l’hormone de stockage par excellence. Elle stimule l’entrée et la rétention des graisses les adipocytes ; plus vous en produisez, plus vous « faites du gras » !
  • Le Cortisol pousse fortement la prise alimentaire et envoie des signaux a votre cerveau pour augmenter votre appétit sur des aliments associés au plaisir (sucre, gras, et alcool) ;
  • Le cortisol s’oppose aux effets de la leptine, l’hormone, qui favorise la satiété.et stimule la ghréline, l’hormone du grignotage.
  • Le cortisol interfère avec la sérotonine, neurotransmetteur du bien être, impliquée dans les pulsions alimentaires et précurseur de la mélatonine, l’hormone du sommeil.
  • Le cortisol interfère aussi avec l’hormone de croissance, la somatotropine, indispensable au bon maintien de la masse musculaire. Donc, il favorise votre perte musculaire et l’augmentation de votre masse grasse.

Le manque de sommeil

Une privation de sommeil, même de quelques jours, dérègle de façon très négative sur votre organisme et notamment sur la production de quatre hormones impliquées dans la régulation du poids :

La ghréline qui est l’ hormone produite et sécrétée par votre estomac qui gère en grande partie votre faim physiologique grignotage et pulsions alimentaires). Et si votre sommeil est perturbé, la ghréline est produite en excès, vous poussant à manger plus, même sans réel besoin.

Parallèlement, la leptine, l’hormone qui gère votre satiété, diminue. Vous comprenez alors aisément que vos quantités alimentaires ingérées augmentent, et ce indépendamment de votre volonté.

De plus, le manque de sommeil s’accompagne d’une augmentation du cortisol, l’hormone du stress, qui augmente l’appétit, souvent pour les produits sucrés.

Une mauvaise répartition alimentaire

Un régime alimentaire qui privilégie les glucides (les sucres) au détriment des protéines se traduira à terme par une perte de masse musculaire et de ce fait d’une diminution du besoin calorique quotidien . Donc , vous devez consommer moins de calories pour que votre organisme fonctionne correctement. Mais, cette perte de masse musculaire s’accompagne souvent d’une sensation de fatigue qui vous poussera donc à augmenter la prise alimentaire, et, souvent des produits sucrés et caloriques, pour compenser ce que vous pensez être un manque d’énergie. Il est donc essentiel de conserver un apport en protéines minimal pour perdre du poids de façon optimale.

De plus, votre corps fonctionne selon une horloge biologique. Certains aliments sont nécessaires à certains moments de la journée afin d’optimiser votre métabolisme.

La ménopause

C’est une étape naturelle intervenant chez la femme autour de 50 ans, période de modifications hormonales induisant à des changements aussi bien physiologiques que physiques.
Parmi ces changements, la perte de masse musculaire et les dérèglements hormonaux qui s’accompagnent quelquefois par une prise de poids d’environ 5 kg en moyenne ainsi que d’une résistance à la perte de poids.

Certains médicaments

Certains médicaments ont comme effet secondaire la prise de poids, rendant la perte de poids plus difficile à obtenir. Certains médicaments agissent au niveau du cerveau et entraînent une perturbation des signaux de faim et de satiété et également un ralentissement général du métabolisme énergétique.

Un mauvais microbiote (flore intestinale)

Un bon microbiote vous permet de récupérer au maximum l’énergie des aliments. Mais la composition du microbiote peut être perturbée en raisons de divers facteurs (stress, trop d’aliments sucrés, trop d’aliments industriels, les additifs alimentaires, le chlore, une mauvaise mastication des aliments, les infections virales et bactériennes, les antibiotiques, la prise chronique de médicaments, l’alcool…). Celui-ci ne parvient plus à se réguler.

Résultat : votre corps réagit en stockant trop de gras. De plus, votre foie, votre tissu adipeux reçoivent des signaux provenant de ce microbiote défectueux et qui ne lui permettent plus d’équilibrer leur métabolisme et de mieux gérer vos besoins énergétiques. votre cerveau dialogue aussi avec cet ensemble de bactéries composant le microbiote. Ainsi, les bactéries intestinales contrôlent votre faim et votre humeur.

L’arrêt du tabac

La prise de poids associée à l’arrêt du tabac représente souvent un obstacle majeur chez les fumeurs qui ont peur de prendre quelques kilos avec le sevrage. Alors pourquoi peut-on prendre du poids à l’arrêt du tabac ? Lorsque l’on fume, la nicotine agit en diminuant l’appétit, et en augmentant les dépenses énergétiques ainsi qu’ en ralentissant le stockage des graisses. La nicotine agit un peu à la manière d’un “coupe-faim”.

De plus, au moment de l’arrêt, l’absence du geste de prendre une cigarette peut être remplacé par du grignotage ou gérer son anxiété par la nourriture (faites vous aider pour cet arrêt du tabac afin d’éviter ce désagrément) Enfin, l’arrêt du tabac s’accompagne de la (re )découverte des goûts et des odeurs des aliments ; et devenir un peu plus gourmand. Il n’est pas rare de prendre un peu de poids, entre 2 à 5 kg en moyenne selon les études, cette prise de poids apparaissant dans les trois premiers mois.

Le manque d’activité physique

Vous avez toujours été plutôt active, mais, avec le temps, vous avez remplacé la marche par la voiture, arrêtez vos randonnées le dimanche ….

Mais cette modification de votre mode de vie est rarement suivie d’une adaptation de vos habitudes alimentaires. Or, lorsqu’ une activité physique ou la pratique sportive régulière diminuent, il s’en suit une réduction de votre masse musculaire qui entraîne un métabolisme plus lent : vous brûlez moins de calories. Et si vous continuez à consommer autant de calories qu’avant, l’excédent sera automatiquement stocké dans les cellules et vous prendrez du poids. Il est indispensable de revoir vos apports alimentaires.

L’hypothyroïdie

La thyroïde produit les hormones thyroïdiennes qui régularisent le métabolisme énergétique. En cas d’hypothyroïdie, ces hormones sont produites en quantité insuffisante et entrainent une diminution des dépenses énergétiques. Le corps fonctionne au ralenti entrainant comme symptômes les plus courants : de la fatigue, dépression, de la somnolence, de la constipation, frilosité et…une prise de poids. Ce dérèglement thyroïdien survient souvent chez la femme au moment de la ménopause. Et si elle n’est pas décelée, en l’absence de traitement médicamenteux et si l’alimentation n’est pas adaptée en fonction de des nouveaux besoins du corps, la prise de poids est inévitable.

Pas de privation, pas de  frustration et bon pour votre santé !

Au-delà des kilos à perdre, la perte de poids et la bonne gestion de votre poids représentent sont un gage de bonne santé pour éviter tout problème cardiaque, articulaire, digestif, diabète ou d’obésité. Grâce au programme progressif  avec un suivi individuel  de la méthode FREDERIQUE, c’est une réelle prise de conscience, une responsabilité , une prise de plaisir sur les résultats obtenus afin d’en faire pour toujours un changement durable.
Sans privation, sans frustration, vous mangerez de tout mais à divers moments de la journée et en fonction des besoins et du respect de votre corps.

 Individuel ou collectif ? vous aurez les outils, les clés (la respiration, la mastication), divers challenges progressif sous forme de jeu et en groupe beaucoup plus facile pour booster votre amincissement, des résultats visibles: perte de poids, bien être, moins de douleurs, plus de légèreté, meilleure mobilité, de préserver son capital santé , prise de conscience de la malbouffe au travers divers challenges progressifs, pouvoir de décision , connaissance de soi même, un travail sur soi en profondeur, transformation, une rééducation , un retour aux sources de nos vrai valeur , le positionnement.

Conclusion : l’obésité , la prise de poids ne sont pas une fatalité mais pour mincir durablement, il est important de connaître la cause que nous étudierons grâce au premier rendez-vous, et de suivre ce programme complet et adapté à votre objectif afin d’être accompagné de façon régulière pour mettre toutes les chances de votre côté pour atteindre votre objectif.

Posez votre question

Call Now Button

Coach de vie
Votre Hypnothérapeute
Addiction
Arrêt du tabac
Les évènements de vie
Gestion du stress
Grossesse
Perte de poids
Préparation mentale
Troubles sexuels
Déroulement d’une consultation
Tarif
Blog
Contact
Inscription
Panier